COMMENT FRANCE 24 DÉSTABILISE LES ÉTATS AFRICAINS INSOUMIS À LA FRANCE ?

Partagez l'article :

Dans notre société actuelle, la référence aux médias occidentaux devient de plus en plus le critère fondamental d’appréciation de la crédibilité d’une information. La vraie info, c’est celle diffusée sur RFI, France 24, CNN, BBC et autres.

Or nous ignorons que les grandes puissances mondiales passent par ces médias pour imposer leur hégémonie en nous pulvérisant 24h/24 de fausses informations dans le seul but de nous amener à croire que ce que nous voyons est ce qui se passe. La manipulation de l’information justifie leurs interventions armées dans des Etats souverains, dont les vraies raisons sont voilées par des slogans mensongers comme le « droit d’ingérence humanitaire » et « la protection des civils » ; slogans parachutés à longueur de journée sur les médias occidentaux.

Si nous n’usons pas de notre esprit critique, nous donnerons toujours raison à ces médias-mensonge à la solde du grand Capital. Grâce à leur ingérence financière dans les grands groupes de média, les multinationales en contrôlent les lignes éditoriales. La dépendance vis-à-vis des annonces publicitaires en provenance des milieux capitalistes réduit la neutralité des informations.

France24, la télévision payée par l’Etat français et destinée à des campagnes d’impérialisme à travers le monde, laisse n’importe qui passer en direct de ses antennes pour s’auto-proclamer « Spécialiste » de tel ou tel pays africain. Ces experts en herbe n’hésitent parfois pas à fournir des informations tout à fait erronées.

Durant les élections présidentielles en République démocratique du Congo en 2011, un « spécialiste » français de la RDC a commis l’erreur d’affirmer que Etienne Tshisekedi, l’opposant historique congolais, aurait participé à des viols dans la guerre qui a fait des millions de mort dans l’Est de la RDC. Une information qui poussera la chaîne à s’excuser, bien tardivement, alors que le mal était fait.

22 PRÉSIDENTS AFRICAINS ASSASSINÉS

Les médias sontaux avant-postes de l’impérialisme. Michel Collon, spécialiste de la non-désinformation, qualifie les médias de « premier soldat sur le terrain ». Car pour chaque guerre qui doit être déclenchée, les médias commencent par diaboliser le régime en place, en présentant aux yeux du monde des images cryptées, des victimes fictives, bref, des vérités montées de toutes pièces. Les impérialistes peuvent alors « légitimement » intervenir pour « sauver » les peuples, la liberté et la démocratie.

Peu importe les appartenances politiques ou les divergences d’opinions, les africains ne doivent pas oublier que c’est dans leur intérêt de ne pas se laisser faire par ces campagnes d’impérialisme qui visent à les garder sous l’emprise.