LES AFRICAINS DOIVENT TAIRE LES DIVISIONS

Partagez l'article :

De nos jours, la division règne en maitre parmi le peuple noirs afro-descendants à travers le monde. Les afro-américains n’aiment pas particulièrement les africains, les africains du continent ont tendance à qualifier ceux de la diaspora «d’étrangers», la diaspora a tendance à se croire supérieur et méprise souvent les africains du continent ect…

Comme vous le savez déjà les divisions sont multiples, mais nous allons ici nous appuyer sur le cas de l’Afrique du Sud où récemment le parlement a ouvert la voie à une modification de la constitution qui permettra de rendre les terres aux Noirs, sans compensation des fermiers blancs.

UN TOURNANT HISTORIQUE EN FAVEUR DES NOIRS SUD-AFRICAINS

Nous en avions d’ailleurs parler dans notre article ICI. Suite à notre article, le commentaire d’un internaute ci-dessous nous a interpellé :

«Personnellement c’est une bonne initiative, mais ces noirs sud africain ne méritent plus mon soutien, il sont tous décevant, nous avions lutter pour eux eux pour proscrire l’apartheid en fin ils se sont retournés contre nous en tuant les noir étrangers sous prétexte que nous prenons leurs emplois.»

– Theophile Anago

 

En effet, la xénophobie envers les noirs d’autres pays africains est bien réelle en Afrique du Sud. Mais doit-on pour autant ne s’arrêter qu’à cela?  Nous avons opté pour une réponse retraçant l’histoire de la colonisation de l’Afrique du Sud, de ses principaux acteurs.

«LE SAVIEZ-VOUS ?» LA COLONISATION DE L’AFRIQUE DU SUD 

Image associée

Les premiers colons de l’Afrique du Sud était des Hollandais. Ensuite les Anglais sont venus et ont commis un génocide sur les Hollandais, jusqu’à les mettre dans des camps de concentration. Mais ensuite, les deux se sont mis ensemble pour construire l’Apartheid et martyrisé les Noirs, vu comme l’ennemi numéro un

« Savez vous que peu avant la conférence de Berlin, les allemands et les français se sont faits la guerre mais ensuite se sont mis autour d’une table pour s’entendre et se partager l’Afrique? »

LA CONFÉRENCE DE BERLIN

 

Donc pendant que nous restons sur l’émotion avec les rancœurs, l’ennemi profite. C’est là où ils nous dépassent : 

« Ils savent se mettre ensemble même après avoir été ennemi pour nous opprimer. » 

Nous devons apprendre d’eux. Donc ce n’est pas le moment de revenir sur ça. Les sud-africains sont les nôtres. Les intérêts doivent primer chez nous sur l’émotion. On doit pour le moment taire les divisions pour mettre fin au colonialisme dans notre espace.

Révolution Afrique