POURQUOI L’AFRIQUE DOIT-ELLE REFUSER L’AIDE ALIMENTAIRE ?

Partagez l'article :

L’aide alimentaire contrarie le développement de notre agriculture disait Thomas Sankara..

L’aide alimentaire international, constitue à elle seule, un frein au développement de l’agriculture en terre africaine. Cela a eu comme conséquence de faire de nous d’éternels mendiants consommateurs, oubliant que nous avons des terres riches et fertiles, pouvant produire assez d’aliments pour se passer de cette aide qui en réalité, n’en a jamais été une.

DES TERRES ABANDONNÉS

agriculture africaine

Thomas Sankara disait : « Il est normal que celui qui vous donne à manger vous dicte ses volontés. » « Quand vous mangez les grains de mil, de maïs et de riz importés, c’est ça l’impérialisme, n’allez pas plus loin. »

En effet, la main qui donne est souvent celle qui dirige et tant que nous ne serions pas en mesure de décider pour nous même et de prendre nos responsabilités, l’Afrique dans sa globalité ne se développera jamais.

LA MENDICITÉ

Résultat de recherche d'images pour "aide alimentaire afrique"

« Nous sommes contre le principe de l’aide alimentaire. Nous l’acceptons, nous la subissons malgré nous. Pour le moment et pour éviter que, de façon sim­pliste, nos ennemis amènent notre peuple à la revendiquer contre nous en lui disant qu’un orgueil mal place nous amène à refuser cette aide alimentaire, nous, les gens des villes, du gouvernement, les mieux lotis. Que nous refusons cette aide pour affamer notre peuple. » disait Thomas Sankara  

DISCOURS DE THOMAS SANKARA

Résultat de recherche d'images pour "THOMAS SANKARA"

« Si nous avions davantage la possibilité d’expliquer, nous montrerions que l’aide alimentaire contribue a créer chez nous une mentalité d’assistés, a créer des circuits de spéculation chez nos producteurs, a court-circuiter nos structures de commercialisation des céréales les magasins étant engorgés d’aides. A provoquer même indirectement l’enrichissement des commerçants intermédiaires… » 

« Nous sommes contre l’aide alimentaire, mais jamais nous n’avons dit et jamais nous ne serons contre l’aide en équipements agricoles que nous appelons de tous nos vœux. Aujourd’hui, nous sommes prêts à refuser cent mille tonnes de céréales pour accepter une charrue. » 

NOTRE DÉVELOPPEMENT

Résultat de recherche d'images pour "agriculture afrique"

Notre développement passe d’abord par la maîtrise de l’eau, puis la création d’une industrie agro-alimentaire capable d’absorber et de conserver les produits agricoles. A quelle vitesse ? A la nôtre. L’Afrique doit avancer selon une feuille de route qui lui ait propre et non selon par celle déterminée par autrui. 

«Nous préférons de petites unités à mi-chemin entre l’industrie et l’artisanat. Nous préférons les « teufs-teufs » aux machines électroniques. »  « Nous ne sommes pas opposés à l’entreprise privée qui ne porte pas atteinte à notre honneur, notre dignité, notre souveraineté. »  disait Thomas Sankara.

LA MAIN-D’ŒUVRE AFRICAINE

Résultat de recherche d'images pour "agriculture afrique"

« Nous avons de la main-d’œuvre et cela peut être tentant pour des sociétés internationales de venir installer au Burkina Faso quelques industries de transformation ou des succursales de leurs industries. Et l’on pourra dire, du point de vue statistique, que nous possédons une grande industrie mais en réalité ce sera une industrie contrôlée par des puissances étrangères et des forces capitalistes extérieures au Burkina. » disait Thomas Sankara.

L’Afrique doit se développer par elle-même, par un savoir-faire qui lui ait propre, en développant une industrie 100% africaine de la tête au pied.

L’AGRICULTURE DOIT ÊTRE PLUS QUE JAMAIS LA BASE DE NOTRE DÉVELOPPEMENT