LE SIDA, L’ARME VIRALE CRÉE CONTRE L’AFRIQUE

Partagez l'article :

Aujourd’hui, quand on parle d’épidémie du sida, les gens ont tendances à penser directement à l’Afrique tant l’image de ce fléau nous collent à la peau.

En effet, 67% des personnes frappés dans le monde par le SIDA se trouvent « bizarrement » en Afrique. Les afro-américains qui ne représentent pourtant que 13% de la population aux États-Unis forment 50% du contingent des SIDAÏQUES américains.

SIDA EN AFRIQUE

C’est à se demander si cette maladie serait raciste ? Pourrais poser cette question un certains nombres de frères et de sœurs avisées. Si le virus qui provoque cette maladie aurait une préférence pour les africains du continent comme ceux de la diaspora aussi c’est une question qu’on pourrait se poser.

En vérité, une analyse froide de l’histoire du SIDA nous montre qu’il n’existe pas de virus ou de maladies racistes, évidemment. Les bonimenteurs laissent entendre dans les médias que cette maladie serait d’origine de la brousse d’Afrique centrale où un singe vert aurait contaminé l’Homme, d’après eux.

L’INVENTION : AFRICAINS ET SINGES

Les négrophobes finit annoncent que ce serait donc à la suite d’un rapport sexuel zoophile entre africains et singes (ce qui vous montrent donc le respect que ces gens là ont pour l’Afrique de manière générale) que tout a commencé. Les autres disent que c’est la consommation de ce singe vert qui serait à l’origine de ce fléau.

Mais la vérité historique, appuyée sur des faits objectivement vérifiables, montre que le premier cas de SIDA en Afrique remonte à 1982 alors que le premier cas Mondiale, remonte à 1979 dans la communauté Homosexuel de Manhattan qui comme vous l’avez compris, n’était pas particulièrement afro-américaine. C’était des caucasiens. Donc la première apparition de la maladie est hors d’Afrique, premier point.

PREMIER CAS DE SIDA DANS LA COMMUNAUTÉ HOMOSEXUEL AUX USA

homosexuel

Il est maintenant établit que les premiers cas du SIDA sont liés à une campagne de vaccination expérimentale menée par le Professeur The Moones, (comme vous l’avez comprit ce n’est pas un panafricain) sur les « Makoumés » connus aussi sous le noms d’Homosexuels.

Sur environ 10.000 sujets examinés, un groupe final de 1083 personnes a été retenu pour participer à la première vaccination contre l’Hépatite B qui s’est déroulé au centre de Manhattan au cours du mois de novembre 1978. Dès 1979, les premiers cas de SIDA sont apparus parmi les vaccinés de Manhattan. Une deuxième campagne, entre le mois de mars 1980 et le mois d’octobre 1981 dans les villes de San Francisco, Los Angeles, Denvers, St Louis et Chicago.

Le premier cas de SIDA diagnostiqué chez un homosexuel de San Francisco à été quant à lui à l’automne 1980.

LE SIDA EST UNE INVENTION PAR L’HOMME

Résultat de recherche d'images pour "LABORATOIRE SIDA"

Selon le Docteur Léonard Horowitz (certainement un Yoruba) diplômé de santé public de Harvard, des agents de santé des USA auraient propagés les germes pathogènes via des campagnes de vaccinations menées en Afrique et ce avec la complicité de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

LEONARD HOROWITZ

 

Le Docteur Robert Strecker, (certainement lui aussi un Béninois) Pathologiste américain, soutient que le SIDA est un virus fabriqué par l’homme et plus spécifiquement par le gouvernement Américain. Il dit très explicitement que le virus du SIDA est si différent de par sa structure de tout autres virus qu’il ne peut pas avoir été formé par notre mère la nature.

Docteur Robert Strecker

« Le SIDA, un moyen d’exterminer la population africaine » C’est ce que n’a pas manqué là-aussi de déclarer la Kényane : Wangari Maathai, sacré prix Nobel de la paix en 2004 qui a commencé à être diabolisé par les Lobbys Pharmaceutiques à partir du moment où elle a annoncé cette vérité.

Wangari Maathai

Le 2 novembre 1999 à Nairobi le Docteur Wainwright déclarait que si le SIDA n’était pas désactivé avant les 66 prochaines années, il n’y aurait plus de Noirs en Afrique. Vous vous rendez compte de l’information ? Nous aimerions véritablement que cela rentre dans la case de réflexion pour chacun de nos lecteurs. Le Docteur Wainwright fut nommé 3 fois pour le prix Nobel de Médecine, c’est donc un client sérieux dans le domaine scientifique et non pas un complotiste comme certains aimeraient le faire croire.

LA PREUVE DE LA CRÉATION DU SIDA

docteur boyd graves

Grace aux travaux du Docteur Boyd Graves, un avocat afro-américain (paix à son âme) le grand public à pu enfin avoir accès à l’organigramme classé top secret, caché par les services secrets américains, de la fabrication de la maladie qu’est le SIDA. Qui nous apprend que le SIDA est le résultat d’un programme de 15 ans  « The special virus concept program » qui a été réalisé entre 1962 et 1978. Avant de tester à grande échelle sur toute l’Afrique le virus génétiquement fabriqué à été injecté dans la campagne de vaccination de l’Hépatite B de la communauté homosexuel de Manhattan en 1978.

En effet, il était impossible qu’un virus ne s’en prenne qu’à de jeunes hommes blancs homosexuels en bonne santé (enfin, sans être homophobe, parler de bonne santé dans leurs cas relève quand même du rêve selon nous). Seul un programme parfaitement planifié pouvait conduire ses 1083 premiers cobayes à une mort certaine avant de conduire le génocide au niveau du continent Africain. C’est donc le 21 aout 1999 que le Docteur Graves, grâce aux documents classés top secrets, plus de 21.000 documents datant de 1971, permet au monde entier de savoir que 66 000 litres de virus ont étés produits en 1977 par les USA et l’URSS.

Le Docteur Cantwell affirme que le SIDA serait une aubaine permettant d’éliminer d’importantes fractions de populations indésirables, non-caucasiennes, tiers-mondistes, surtout en Afrique Noir. Il y a quand même de quoi se poser des questions. Ainsi on voit que la théorie officiel ne tient pas la route, il y a bel-et-bien de la part des Impérialistes une planification dont nous possédons les sources pour l’élimination physique des noirs via l’épidémie du SIDA.

Tout comme les recherches du Docteur Wouter Basson qui voulait éradiquer les noirs en Afrique du Sud pour laisser l’Afrique du Sud aux caucasiens.

CONCLUSION

SIDA EN AFRIQUE

Aujourd’hui les gens sont avisés, les gens le voient et beaucoup commencent à comprendre que ce SIDA est en réalité une maladie qui rapporte bien plus au Lobby Pharmaceutique qu’à ceux qui prennent les médicaments de ses mêmes Lobbys. Médicaments générique ou autres, qui les font mourir plus tôt que si sur certains points en tout cas, ils avaient plutôt préférés suivre une médecine beaucoup plus traditionaliste comme on peut en trouver en Asie, qui donne des résultats spectaculaires ou en Afrique dans certaines contrées.